Un dîner pour cinq

(5 avis client)

Virginie Vétil Bernal

 

Tous les livres Lazare&Capucine sont disponibles en librairie et chez tous les revendeurs internet.

Distributeur : Pollen
Genre : Roman
Époque : Contemporaine
Nombre de pages : 144
Format : 12,5 x 19 cm
ISBN: 979-10-96673-21-6

Livre broché

Article en précommande sur ce site. Publication janvier 2019

Catégorie :

14,00

 

Laissez stimuler vos sens par ce véritable roman de la perception. Un dîner pour cinq, le deuxième ouvrage de Virginie Vétil Bernal, se configure comme un hymne à la sensualité au sens étymologique du terme.

L’auteure, à travers son écriture fraîche et aérée, emporte son lecteur dans un voyage multi-sensoriel, un voyage qui reflète à travers la parole les plaisirs et les voluptés du toucher, de la vue, de l’odorat, de l’ouïe et du goût.

Mais si à ce voyage correspond également une éducation sentimentale, quelle curieuse synesthésie pourra bien avoir lieu à la rencontre des cinq sens, de cinq jeunes adultes confrontés à leur quête intérieure, complexe et parfois douloureuse?

La réponse de Virginie Vétil Bernal possède une qualité littéraire désormais très rare, parvenant à conjuguer avec désinvolture et légèreté la peinture de la réalité à une allégorie sensorielle captivante et singulière.

Invitez-vous à cette table !

 

 

L’auteure

Diplômée de  l’ESJ, ancienne journaliste parisienne, Virginie Vétil Bernal est maintenant cadre dans le privé à Barcelone. Auteure de « La vie éclatée d’Erwann Landerneau » Editions LeManuscrit-2013, elle signe un nouveau roman à l’écriture toujours aussi fine, savoureuse et percutante.

 

 

 

5 reviews for Un dîner pour cinq

  1. (client confirmé)

    « Un dîner pour cinq » est du fin gourmet
    littéraire. Une réussite sensorielle !

    Autour d’un dîner, pour cinq, Tristan, Amélie, Pascale, Guillaume, Madeleine, se racontent, se jaugent, se cherchent et se mentent… Leurs points en communs : leur jeunesse et l’un des 5 sens hypra développé, une particularité de ce récit.

    Ce sont finalement nos cinq sens de lecteurs que Virginie Vétil Bernal réveillent aussi en nous.

    Une belle leçon de vie sur les faux-semblants, la tombée des masques.

    Écrit avec brio, d’une plume assurée et vive !

    Bravo pour ce délicieux deuxième roman, remuant et captivant à la fois.

    À lire absolument !
    NP.

    Envoyé depuis l’application Mail Orange

  2. (client confirmé)

    j’ai adoré, un livre qui se lit comme une friandise avec un délicieux goût acidulé ! je l’ai savouré en deux bouchées, une à la pause déjeuner (j’ai vraiment de la chance) et l’autre le soir !
    Je n’arrive toujours pas à savoir si c’est volontaire ou non, peu importe d’ailleurs, chacun voyage dans un bon livre à sa façon. Au début j’ai été légèrement agacé par la préparation du dîner qui ne me mettait pas du tout en appétit, surtout par guillaume qui m’exaspérait en fait. Et précisément le jeu des personnages n’en devient vite que plus léger, subtil, drôle, les situations se retournent. Ils deviennent plus attachants les uns que les autres, on les aime pour leur authentique personnalité, on vit la soirée avec eux ! Amélie qui sait si bien figer la réalité avec virtuosité devient totalement émouvante dans sa tendre naïveté.
    In fine tous sont craquants! Et j’ai replongé dans mes 25 ans, très motivé par ce dîner!

  3. Un roman étonnant, une histoire courte où chaque personnage représente un des cinq sens.

    J’avoue qu’au début j’ai été hésitante quand on m’a proposé de lire cette histoire, ne sachant pas trop ce que cela allait donner.
    C’est donc avec une petite appréhension que j’ai entamé ma lecture, mais très vite, j’ai été emballée par la plume de l’auteure qui a réussi à m’emporter dans cette histoire de dîner, simple, mais au final très profonde.
    On y découvre cinq personnages, voisins dans le même immeuble, et tous avec une personnalité bien distincte : Guillaume, l’éternel séducteur et organisateur du dîner dont le but ultime est de séduire la belle Madeleine, le beau et désabusé Tristan, la séductrice Pascale, et Amélie, toujours à l’affût d’une belle photo.

    Chacun de ces personnages représente un des cinq sens : Guillaume est le goût, Madeleine est l’odorat, Tristan est l’ouïe, Pascale le toucher, Amélie la vue.
    Au début de ce dîner, tout et tous ne sont qu’apparence, mais peu à peu cela évolue, certains perdent pied, le vernis s’écaille, nous faisant découvrir les différentes facettes des protagonistes et peu à peu, leur vraie personnalité, leurs vrais désirs, mais aussi leurs fêlures. Un chassé-croisé amoureux s’invite dans la danse, et l’on regrette un peu à la fin que l’histoire ait été aussi courte, comme une tranche de vie dont nous aurions été un peu les voyeurs.

    Une bonne surprise, à découvrir !
    Cocomilady

  4. Guillaume organise un dîner avec quatre de ses voisins dans le seul but de séduire la très jolie Madeleine.
    De prime abord simpliste, ce récit va vite se révéler bien plus profond qu’il n’y paraît. Ces cinq personnages se présentent d’abord sous leurs meilleurs atours. Ils montrent le masque de l’apparence choisie. Mais au fil des pages, chacun va se dévoiler. Vont apparaître les caractères, les failles, les questionnements.
    Chacun d’eux représente un sens avec ce qu’il peut avoir de sensuel et d’ambigu. Guillaume pour le goût, Madeleine pour l’odorat, Tristan pour l’ouïe, Pascale pour le toucher et enfin Amélie pour la vue. Chaque sens caractérise son personnage. Et c’est à travers ce sens dominant que chacun transparaît et finit par se livrer.
    Et on va découvrir des drames, des quêtes d’identité et des besoins de reconnaissance.
    L’écriture est belle et a du style. J’ai aimé ce récit sobre, posé et tellement touchant. J’ai aimé les tâtonnements des personnages, leurs remises en question, leur comportement les uns envers les autres, les prises de conscience.
    Un grand merci aux Editions Lazare et Capucine pour cette découverte.

  5. Ce roman est une très bonne surprise. Je me suis régalée avec cette lecture. C’est une histoire assez courte écrite avec beaucoup de charme et de poésie. J’ai découvert une nouvelle auteure en la personne de Virginie Vétil Bernal et je ne suis pas du tout déçue par la façon dont elle raconte la vie de ces cinq personnes qui vont se retrouver autour d’un dîner.
    Le roman ne comporte pas de chapitre. C’est surprenant mais ça ne m’a pas dérangée du tout car je me suis vite rendue compte qu’il était décomposé en trois parties. Comme toute l’action se passe sur un week-end, on va déjà vivre le samedi, puis la soirée du dîner, et enfin le lendemain dimanche.
    Le samedi, ce sont les préparatifs pour chacun des participants. Nous, en tant que lecteurs, nous apprenons à mieux connaître chacun des protagonistes. Ils sont tous voisins et habitants d’un même immeuble. Il y a Guillaume, l’organisateur du dîner, il doit participer à un concours culinaire et se fait la main. Il a terriblement envie de séduire Madeleine qu’il a invitée pour dîner. Madeleine est professeur et aime par-dessus tout les odeurs, elle aime d’ailleurs celle qui émane de Tristan, invité lui aussi. Il est séduisant, aime le piano et la musique en général. Amélie, elle, est secrètement amoureuse de Guillaume, elle l’espionne avec son appareil photo. Et enfin, la dernière des voisins, Pascale, une passionnée et épicurienne qui aime toucher tout ce qui lui tombe sous la main.
    Je pense que vous aurez compris en lisant les détails de chaque personnage que chacun d’eux représente un de nos cinq sens. Guillaume, le goût, Madeleine, l’odorat, Tristan, l’ouïe, Amélie, la vue et Pascale, le toucher. J’ai trouvé cette répartition très originale. Chaque sens est exacerbé et d’une extrême importance chez chacun, étant même parfois un handicap. J’ai aimé par exemple suivre Guillaume dans la préparation du repas, les mets sont détaillés, j’ai eu l’impression de participer moi-même au dîner. C’est une lecture intense, pleine d’odeurs, de couleurs, de goûts, de sons. Ce roman m’a fait penser aux livres où on peut sentir des parties ou toucher différentes textures. Très complet, plein de sensations et d’expériences sensorielles.
    Je pensais, après avoir lu le début, que tout allait être superficiel dans l’histoire. Mais elle prend une tournure plus sérieuse et plus profonde lorsqu’on arrive au moment du repas. Les personnalités de chacun vont se révéler au grand jour. Un jeu mis en place par Guillaume va permettre de découvrir certains aspects de la vie des invités, certains seront francs et raconteront la vérité, d’autres mentiront car ils pensent se rabaisser en se racontant vraiment. C’est alors intriguant de voir comme chacun cache ou montre sa vraie nature face aux autres. Un air de romance va s’inviter à la fin du repas, qui raccompagnera l’autre, qui restera avec l’autre, les couples se feront et se déferont aussi vite. Les sentiments ne sont pas toujours là où on les attendait.
    Certains m’ont plus ou moins énervée, d’autres m’ont particulièrement touchée. Leur vécu n’est pas toujours facile, et ce qu’il montre n’est pas représentatif de ce qu’ils sont. J’ai beaucoup aimé cette analyse secondaire faite par l’auteure après avoir fait celle des sens.
    C’est un court roman, comme un extrait d’un week-end de vie entre cinq jeunes adultes. Je serais curieuse de les retrouver dans un autre roman pour savoir ce qu’ils deviennent. Je me suis attachée à eux très vite. Un roman court, mais très intense, riche, très prenant, et j’aime beaucoup ça. Il bouleverse, il pousse à réfléchir, il émeut, il fait vivre plein de sensations extraordinaires.
    J’ai passé un très bon moment de lecture en compagnie de Guillaume, Madeleine, Tristan, Amélie et Pascale. J’ai beaucoup aimé le style de l’auteure, j’ai quitté tout ce petit monde avec l’envie de les retrouver rapidement. Je trouve très originale l’idée qu’a eu Virginie Vétil Bernal de représenter les cinq sens à travers des humains. Je ne peux que vous conseiller de lire cette belle histoire, c’est pour moi une très belle surprise.

Ajouter un Avis